Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
❥ヅ O'ea Calinaud, Happycultrice

Maeva, bienvenue dans l'Oeasis, mon oasis, un monde qui me ressource, où j'expérimente la magie de la vie . Je m’appelle Mireille O’ea Calinaud et je suis polynésienne et creusoise. J’ai vécu ma petite enfance à Raiatea, où mon père, juge fraîchement nommé, a connu ma mère. Mes parents n’étaient ni pratiquants, ni pro-médicaments et je n’ai fréquenté l’école qu’en cours élémentaire. Mon père était la référence des affaires foncières en Polynésie et Grand Maître dans un mouvement universaliste à objectifs d’ordre éthique et humaniste. Il est mon modèle de sagesse et de moralité. Mon ange gardien. Mon grand-père maternel, musicien et sportif, est né Tepaiatua, nom du rite d’invocation des dieux sur les marae. Ma grand-mère est née Puhia, fille unique d’un grand tahua guérisseur et petite-fille d’un tahua de la marche sur le feu à Raiatea. Grand-mère préparait le monoi, les raau tahiti, cuisinait au ahimaa, cousait et tressait le pandanus... Du côté paternel aussi, j'ai connu la vie saine et proche de la nature à la campagne : le potager, les plats français et les travaux de couture et tricot... J'ai eu de la chance d'avoir une famille multiculturelle, riche en savoir-faire et dons. Je remercie ma bonne étoile qui me suit depuis mon arrivée sur Terre. Je pratique consciemment la thérapie énergétique depuis 1994 date à laquelle j’ai fait mes premières expériences en autodidacte. Enseignante en maternelle et CP jusqu'en 2003, j'ai évolué dans le monde magique des enfants auprès de qui j'ai pu améliorer ma pratique. C’est juste après mon départ à la retraite en 2003 que j’ai reçu ma première initiation à l’harmonisation des chakras. Puis j’ai continué les apprentissages avec la plume du Condor, la Connexion Divine, la PNL, la Kinésiologie, la PBA, Joreï, le Reiki Usui, Karuna et Shamballa. J'ai aussi réalisé mes rêves de voyages initiatiques au Pérou (Machu Pichu, lec Titicaca...) et au Japon. J'ai voyagé en France, dans le reste de l'Europe, à l'Ile de Pâques, Népal, Inde, Australie, Nouvelle Zélande, la Nouvelle Calédonie ....

MAMA E TE URU - Huile - Matari'i - Article sur le URU

Voici un de mes tableau auquel je tiens énormément . Il représente ma mère, Miriama Calinaud, préparant du uru, fruit symbolisant l'abondance et le don de soi. Ma mère  est une tahitienne respectant la tradition du "Tama'a ! ", invitation lancée aux passants, à ceux rencontrés... Quelques uns de ses dons sont l'accueil du prochain, la joie de vivre et la préparation de merveilleux petits plats. C'est ce caractère typique que j'ai traduit ici, avec des couleurs très vivantes et un paysage peint en aplat.

Je l'ai intitulé  Mama Fenua

 

 

 

Te Uru

Dans la genèse polynésienne l'arbre à pain naît d'un homme, le tronc étant son corps, les branches représentant les membres supérieurs, les feuilles dessinant les mains, les fruits reproduisant la tête et à l'intérieur de celui-ci , la langue (le coeur du fruit). Tout polynésien connait la célèbre légende de Taaroa, ou encore de Ruata'ata, qui se transforme en arbre à pain pour sauver le peuple de la famine. Pour l'anecdote, uru  désigne l'abre à pain, le crâne humain, l'état de possession et les plumes rouges uru maru emblèmes de divinités. (uru maru : A la recherche de la Polynésie d'Autrefois p.157). Découvert par Quiros aux îles Marquises en 1595, l'arbre à pain est cultivé depuis des siècles en Polynésie. Le capitaine Bligh du Bounty en transportait les plants de Tahiti aux Antilles quand la mémorable mutinerie éclata en 1789. Le mot uru fut frappé d'interdit lorsque Mahoru, roi de Raiatea, se fit appeler uru. On désigna alors le fruit sous le nom de maiore , par la suite l'ancien nom lui fut restitué. Les deux principales périodes annuelles polynésiennes se rapporte au rendement de l'arbre à pain. La période de production majeure du uru se situe entre novembre et mai, c'est Matari'i i ni'a à l'apparition des Pléïades,c'est te tau 'ahune . La période de disette (te tau o te o'e )- commence fin mai jusqu'en novembre, lorsque les Pléïades disparaissent du ciel, c'est Matari'i i raro.

Il existe une cinquantaine de variété d'arbres à pain. Cet arbre atteint 9 à 18 mètres de hauteur et commence à fructifier au bout de six ans. Il continue à donner des fruits pendant plus de cinquante ans. Lors de la saison d'abondance, on se regroupait pour préparer le opio, dans un grand ahima'a, pendant un ou deux jours. Le uru peut ainsi se conserver plusieurs semaines. Il est aussi être pelé, fermenté puis battu et enfin enterré pour pouvoir être préservé plusieurs mois, puis cuit pendant les moments de disette. Ce végétal procure aussi une très bonne gomme utilisée autrefois pour l'étanchéité des pirogues ; l'écorce des jeunes branches étaient employées pour la fabrication de tapa ; le tronc fournissait un excellent bois de menuiserie. D'autre part, il appartient au nombre, assez restreint, des espèces médicinales revenant fréquemment.

 

  Matari'i i

 

 

Cette année le Ministère de la Jeunesse et de la Culture, chargé de la sensibilisation à l'art contemporain, organise les festivités de Matarii i ni'a du samedi 18 au dimanche 26 novembre 2006.Le programme des festivités veut permettre à tous de renouer avec le calendrier polynésien, le fruit d'une observation remarquable de la nature, de la lune et des étoiles. Douze événements seront proposés, mêlant tradition et modernité, rituels anciens et jeux d'enfants, spectacles contemporains et démonstration de l'art de vivre ancestral. Ce programme est mis en place par l'ensemble des services culturels. Il sera largement diffusé dans les jours à venir, par voie d?affiches et de brochures.

 

Calories et fibres : Ce fruit est un aliment énergétique. L'amidon et le sucre en font un aliment riche en calories . C'est aussi une assez bonne source de vitamine C qui renforce les tissus de l'organisme, aide celui-ci à assimiler le fer et favorise le métabolisme. Par ailleurs, le uru est riche en fibres nécessaires au bon transit intestinal. Les graines de fruit à pain sont une assez bonne source de protéines. La vitamine B1 (thiamine), dont les graines sont bourrées, aide l'organisme à convertir les hydrates de carbone en énergie et en chaleur. Les feuilles de l'arbre à pain sont une bonne source de vitamine C, de fer et de calcium. Le fer est bon pour le sang et le calcium aide à avoir des os et des dents solides.

 
RECETTES CULINAIRES VEGETALIENNES

 

Beignets de fruit à pain  (12 beignets ) 1 tasse de uru  mûr bouilli - une demie tasse de lait végétal (ou d'eau) - 1 c.s d'oignon finement haché - Sel - 1 c.s de poivrons hachés (facultatif) -  Huile de friture . Bien réduire le uru en purée parfaitement lisse. Ajouter le lait végétal (coco par exp.). Bien mélanger. Ajouter l'oignon, le sel et le poivron. Ajouter juste assez d'eau si le mélange ne se détache pas de la cuillère quand on incline celle-ci. Faire dorer à l'huile chaude. Servir.

 

Farce de fruit à pain (4 à 6 personnes)  Sel - 2 tasses de uru mûr cuit -2 cs d'huile de cuisine - 1 gousse d'ail hachée fin (facultatif) - 2 cc de jus de citron - 1 cc de zeste de citron râpé - 2 cs de persil haché (facultatif) - Beurre ou margarine .  Réduire le uru en purée. Faire revenir l'oignon et l'ail dans l'huile. Puis ajouter la purée de uru. Ajouter au mélange le zeste de citron râpé et le jus de citron ainsi qu'une cc de sel et le persil, et bien mélanger. Placer ce mélange à l'intérieur de ce que vous voulez farcir.  Le placer dans un plat couvert allant au four au fond duquel on aura versé 1/4 de tasse d'eau. Cuire 1h à four moyen (180 degrés). Retirer le couvercle, arroser et laisser dorer une trentaine de minutes.

 

Fond de tarte en fruit à pain   Pour un fond de tarte: 1 gros fruit à pain mûr - ½ c.c de sel - 2 c.s de beurre végétal - Farine . Bien laver le uru et le piquer à la fourchette. Faire rôtir sur un feu ouvert ou à four moyen (180 degrés) environ une heure, jusqu'à ce qu'il soit tendre. Peler, enlever les graines et retirer les taches brunes. Passer le uru chaud au tamis. Verser dans un bol la valeur de deux tasses de uru. Incorporer le sel et le beurre végétal. Donner à la pâte la forme d'une boule lisse et la travailler légèrement sur une planche farinée. A l'aide des doigts et d'un verre, donner à la pâte la forme d'un fond de tarte. Cette pâte ressemble à une pâte sablée. Piquer à la fourchette. Faire cuire au four à chaleur moyenne (200 degrés) de douze à quinze minutes. Garnir selon votre goût.

J'ai aussi essayé avec du uru cuit et juste étalé dans le fond de plat à tarte. C'est très bon.

 

Petits pains ( 18  petits pains ) 2 tasses de farine de fruit à pain - 1 cuillerée à café de levure - ½ tasse de lait  végétal- ½ cuillerée à café d'épices mélangés (facultatif) - 2 cuillerées à soupe de beurre végétal - ½ tasse de sucre - 1 cc de vanille - ½ cc de zeste de citron finement râpé - 1 tasse de uru mûr râpé - ¼ de tasse d'eau . Mélanger ensemble la farine, la levure, le lait végétal et les épices. Laisser de côté. Battre ensemble le beurre et le sucre. Ajouter  la vanille et le zeste de citron râpé. Bien mélanger. Verser dans ce mélange le uru râpé. Incorporer le premier mélange (farine, etc.) en ajoutant juste assez d'eau pour obtenir une pâte consistante. Verser une cs de pâte sur une plaque graissée allant au four et continuer jusqu'à épuisement de la pâte. Cuire à four moyen (190 degrés) une trentaine de minutes, jusqu'à ce que les petits pains soient d'une belle couleur dorée. Laisser refroidir et servir.

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Merci de nous informer sur les traditions tahitiennes. Il en faudrait plus des blogs comme celui-la!! Maururu roa
Répondre
O
Merci de m'avoir lue et d'avoil pris oe temps de laisser un commentaire, ça me fait très plaisir !
F
J'aime beaucoup, et de plus en plus votre pays. Merci et continuez
Répondre
O
Merci pour tes articles qui respirent la beauté et qui nous donnent des renseignements précieux
Répondre