Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
❥ヅ O'ea Calinaud, Happycultrice

Maeva, bienvenue dans l'Oeasis, mon oasis, un monde qui me ressource, où j'expérimente la magie de la vie . Je m’appelle Mireille O’ea Calinaud et je suis polynésienne et creusoise. J’ai vécu ma petite enfance à Raiatea, où mon père, juge fraîchement nommé, a connu ma mère. Mes parents n’étaient ni pratiquants, ni pro-médicaments et je n’ai fréquenté l’école qu’en cours élémentaire. Mon père était la référence des affaires foncières en Polynésie et Grand Maître dans un mouvement universaliste à objectifs d’ordre éthique et humaniste. Il est mon modèle de sagesse et de moralité. Mon ange gardien. Mon grand-père maternel, musicien et sportif, est né Tepaiatua, nom du rite d’invocation des dieux sur les marae. Ma grand-mère est née Puhia, fille unique d’un grand tahua guérisseur et petite-fille d’un tahua de la marche sur le feu à Raiatea. Grand-mère préparait le monoi, les raau tahiti, cuisinait au ahimaa, cousait et tressait le pandanus... Du côté paternel aussi, j'ai connu la vie saine et proche de la nature à la campagne : le potager, les plats français et les travaux de couture et tricot... J'ai eu de la chance d'avoir une famille multiculturelle, riche en savoir-faire et dons. Je remercie ma bonne étoile qui me suit depuis mon arrivée sur Terre. Je pratique consciemment la thérapie énergétique depuis 1994 date à laquelle j’ai fait mes premières expériences en autodidacte. Enseignante en maternelle et CP jusqu'en 2003, j'ai évolué dans le monde magique des enfants auprès de qui j'ai pu améliorer ma pratique. C’est juste après mon départ à la retraite en 2003 que j’ai reçu ma première initiation à l’harmonisation des chakras. Puis j’ai continué les apprentissages avec la plume du Condor, la Connexion Divine, la PNL, la Kinésiologie, la PBA, Joreï, le Reiki Usui, Karuna et Shamballa. J'ai aussi réalisé mes rêves de voyages initiatiques au Pérou (Machu Pichu, lec Titicaca...) et au Japon. J'ai voyagé en France, dans le reste de l'Europe, à l'Ile de Pâques, Népal, Inde, Australie, Nouvelle Zélande, la Nouvelle Calédonie ....

HINA E TE TUMU HAARI

Exposé dans le bungalow Vai Here à Fare Maheata.

Exposé dans le bungalow Vai Here à Fare Maheata.

A l’âge de seize ans, la belle princesse de Pape’uriri, Hina, est promise en mariage par ses parents au prince du lac Vaihiria, Faaravaianuu. Quand on lui présente son époux, elle est stupéfaite : le roi du lac est une monstrueuse anguille. Épouvantée, Hina s’enfuit à Vaira’o, sur la presqu’île de Tai’arapu, chez le dieu Maui. L’anguille, le prince Faaravaianuu, sort du lac et se fraye un chemin dans la vallée de Vaihiria. Elle finit par retrouver Hina.

Maui, horrifié, plaça ses deux tiki en pierre sur la falaise. Grâce à cette protection, il réussit à pêcher la bête monstrueuse. Il la coupe en trois morceaux et, ayant enveloppé la tête dans une pièce de tapa (tissu végétal), il la présente à Hina : 

 Ne pose surtout pas ce paquet à terre avant d’être arrivée chez toi, et plante-le au centre de l’enclos de ton marae. Cette tête d’anguille contient de grands trésors. Tu en tireras de quoi construire ta maison, de quoi boire et de quoi manger. »

 

Le conseil du dieu Maui oublié

 

Hina part. Quelques instants plus tard, elle souhaite se baigner avec ses servantes et dépose son paquet sur l’herbe oubliant ainsi le conseil du dieu Maui. La terre s’ouvre et engloutit la tête de l’anguille. Une plante apparaît alors et se met à grandir. Elle devient un arbre étrange, ressemblant à une immense anguille dressée, la tête vers le soleil : le premier cocotier (tumu ha’ari) vient de naître.

Hina comprend qu’elle ne peut plus rentrer chez elle. Elle doit surveiller la croissance de cette nouvelle richesse. Les jours passent. Une grande sécheresse survient et seul le cocotier résiste. Les hommes goûtent alors les fruits qui contiennent une eau sucrée et sur lesquels apparaissaient trois taches sombres, dessinant les yeux et la bouche de l’anguille.

Ainsi, boire un coco à la façon de Hina, c’est savourer un baiser royal jadis refusé.

https://www.tahitiheritage.pf/hina-legende-cocotier/

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article